Observations et propositions sur le SCoT

1 - Sur la partie « enveloppes urbaines », au Beausset, le SCoT retient comme "enveloppes

urbaines" à l'horizon 2030, les zones UA, UB, UC et UD du PLU de 2012 augmentées d'un "espace

urbanisabe" en deux parties, situé quartier Pignet.

Les zones UD du PLU de 2012 sont loin de recouvrir l'ensemble des espaces périphériques

urbanisés à cette date, encore davantage aujourd'hui. De nombreuses zones aussi urbanisées que ces

zones UD sont classées Naturelles ou même Agricoles!

Il n'est pas possible de reconduire, d'un document à l'autre, un tel travestissement de la réalité.

Nous partageons l'objectif de contenir l'urbanisation future à l'intérieur de ces « enveloppes

urbaines » et de réduire fortement, voire d'éviter, la consommation de terres Agricoles et Naturelles.

Pour tenir ces objectifs, il faut partir sur des bases saines, traduisant la réalité du terrain.

En conséquence, nous demandons que soient mentionnées comme urbanisées, donc intégrées

aux "enveloppes urbaines", les zones qui le sont effectivement aujourd'hui. Elles dépassent

largement les zones UD du PLU en vigueur.

Voir PJ 1

 

2 - Les zones urbanisables, comprises dans l'"enveloppe urbaine" centrale du Beausset ont évolué

par rapport au PLU en vigueur. En surface, soit environ 10 hectares, près de la moitié des zones à

urbaniser changent de localisation. Elles quittent Maran pour une extension de Pignet vers la Plaine.

Aucune justification, aussi minime soit-elle, n'est donnée à cette substitution !

Les Zones 1AU et 2AU de Maran disparaissent. Il est heureux que la zone 2AU puisse retourner à

l'agriculture. Encore faut-il que tout soit fait pour que ce soit effectif.

Par contre la non reconduction de la zone 1AU de Maran pourrait être reconsidérée, au moins

en partie, le long de la DN8. Maintenue dans l'"enveloppe urbaine" centrale, elle permettrait

d'aménager une entrée de ville harmonieuse et apaisante depuis le rond-point de Maran.

Pour le secteur "Pignet" la partie dite "les Macelles" est déjà au PLU. La partie dite "La Plaine" y

est adjointe.

Or cette partie "la Plaine" constitue l'extrémité Nord de la plaine agricole qui s'étend du noyau

villageois de Sainte-Anne d'Evenos à celui du Beausset. La basculer en zone urbanisable ne nous

semble pas justifié et est totalement contradictoire avec l'objectif de préservation de zones agricoles

à fort potentiel (AOC côte de Provence). Nous en demandons donc la suppression.

Ceci ne pénaliserait en rien les besoins en terrains urbanisables car dans les zones UD du PLU,

limitrophes à "Pignet-La Plaine" de nombreux terrains dont les surfaces varient de 5000 à 20000 m2

sont mobilisables.

On pourrait même, selon la même logique, envisager de supprimer, au moins partiellement, la

zone urbanisable "Pignet-les Macelles".

Le retour de l'actuelle zone 2AUe du PLU en vigueur, destinée à accueillir un développement

ultérieur d’activités économiques, à l'Est du rond-point de Maran, en zone agricole est une bonne

chose et mérite d'être précisée.

Voir PJ 2

 

3 - En écho à l'avis de la DDTM (point 7 - Agriculture), nous insistons sur l'intérêt de créer une ou

des ZAP (Zones Agricoles Protégées) sur le territoire du Beausset. Cette mesure, légalement plus

contraignante que les zones A classiques, permettra de lutter contre la spéculation foncière, donc de

sanctuariser des terres agricoles sur la durée. Elles créeront des conditions plus favorables à de

nouveaux projets agricoles ainsi qu’à l’installation de jeunes agriculteurs.

Dans la même optique, nous insistons également sur les mesures à prendre contre les friches

agricoles, beaucoup trop nombreuses sur notre territoire.

4 – Certains Espaces Boisés Classés du Beausset recouvrent des terrains classables en AOC Bandol

et « côte de Provence ».

Il apparaît pertinent de rendre ces EBC transformables en vignobles.

D'autres zones potentiellement agricoles, certaines ayant subi l'incendie de 2001, pourraient être à

nouveau cultivées. Leur aménagement pourrait contribuer, en périphérie du village et de ses zones

urbanisées, au dispositif de prévention au risque incendies, comme suggéré page 87 du DOO.

Nous demandons que la rédaction du DOO soit davantage prescriptive sur ces points.

 

5 - le développement de la Zone d'Activité de Signes et sa desserte.

La Zone d'Activité de Signes telle qu'elle était prévue à l'origine, en 1987, proposait 240 hectares

pour son développement. Aujourd'hui, plus de 30 ans après, 85 hectares n'ont pas trouvé preneurs

(données de la CCI du Var).

Les raisons de ce succès mitigé sont nombreuses et bien connues: zone géographique isolée,

éloignée des autres sites avec lesquels elle pourrait développer des synergies, éloignée des zones

d'habitat donc génératrice de longs trajets domicile-travail, très mal desservie par un réseau routier

inadapté et saturé ...

Dans ces conditions le volontarisme forcené qui vise à étendre la zone d'activité sur plus de 230

hectares supplémentaires n'a aucune justification objective.

La question de la desserte routière ne trouvera malheureusement pas la réponse opérationnelle

suggérée (liaison A50-plateau via Le Liouquet, le Grand Caunet et le Camp du Castellet) que nous

soutenons, à l'horizon 2030, celui du SCoT 2, compte-tenu des délais incompressibles des

différentes phases nécessaires à la réalisation d'une voie nouvelle, comme celle évoquée ici.

En conséquence, nous demandons la suppression du projet d'extension de la Zone d'Activité de

Signes dans le SCoT 2.

 

6 - Depuis l'interdiction justifiée de la traversée de Cuges, de jour par les poids-lourds, la traversé

du Beausset est devenue la seule possibilité pour aller de la A50 (échangeur de la Cadière-le

Castellet) au plateau de Signes-le Castellet sur lequel se trouvent la Zone d'Activité, le circuit Paul

Ricard, l'aéroport du Castellet, la carrière Lafarge et son usine d'enrobé...

De ce fait la plupart des automobiles qui veulent accéder au plateau et la totalité des poids-lourds

passent par le Beausset. Ils empruntent en particulier les boulevards du 11 novembre et du 8 mai qui

se situent en pleine zone d'urbanisation dense, entre le noyau villageois et le principal parking, celui

du stade.

Ce sont plusieurs centaines (les 350 à 400 qui passaient par Cuges + ceux qui passaient déjà par le

Beausset) de poids -lourds qui, chaque jour, transitent par le Beausset.

Ce trafic génère pollution, accidents et est potentiellement dangereux en fonctions des matières

transportées.

Accessoirement, nous précisons que le Beausset ne profite en rien, sur le plan économique et

financier, de cette obligation de traverser son centre urbain.

Nous demandons que le SCoT dise très clairement qu'il est absolument nécessaire de trouver

une solution rapide pour que le Beausset ne soit plus le lieu de passage de tous ces

poids-lourds. Toutes les pistes doivent être explorées, en particulier celles qui utiliseraient tout ou

parties de voies existantes contournant les villages du Castellet et du Beausset par le Nord.

Une incitation forte, voire prescriptive, pour la réalisation d'une véritable liaison A50-plateau

s'impose.

 

7 - Pour des raisons similaires, la circulation au Beausset est également problématique du côté de

son entrée Sud, par la DN8. Nous demandons que le SCoT indique la nécessité de dévier cette

DN8 entre le rond-point de Maran et la sortie Nord du Beausset. L'actuelle portion de la DN8

pourrait alors être déclassée en boulevard urbain apaisé.

 

8 - La route Le Beausset – Bandol D 559 B

Cette route supporte un trafic important et en croissance régulière. Elle est trop étroite et souvent

dangereuse.

De plus elle est légitimement considérée comme un axe majeur du réseau urbain

Sud-Sainte-Baume devant, ce qui est une belle perspective, supporter une ou des lignes de Haut

Niveau de Service (page 65 du DOO et carte « transports collectifs et intermodalité »). C'est l'axe

littoral/ Haut Pays : ZA de Signes / Le Beausset / Le Plan / Bandol / Sanary.

Il est également prévu au SCoT (page 66 u DOO et carte « grands itinéraires cyclables »), objectif

que nous partageons sans réserve, qu'elle soit doublée d'une voie cyclable Bandol - Le Plan du

Castellet - Le Beausset.

Sa mise aux normes est donc impérative.

Voir PJ 3

 

9 - Sur la Ligne Nouvelle Provence-Côte d'Azur, nous nous félicitons de la prudence dans la

rédaction du DOO, page 52 : « Par décision ministérielle du 07 mai 2014, l’État a défini une zone

préférentielle de passage de la future ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur ... Le SCoT prendra en

compte ce projet lorsque les études et travaux en cours auront précisé le tracé par une décision

ministérielle ultérieure ou par une procédure adaptée. »

Nous affirmons notre opposition à ce projet de Ligne Nouvelle car ce projet, au coût exorbitant pour

un gain de temps dérisoire entre Marseille et Toulon, est désastreux sur le plan environnemental.

Nous pensons ici à la succession de viaducs et de tunnels envisagés, aux énormes nuisances

engendrées par un chantier de plusieurs années et aux nuisances liées au fonctionnement d'une telle

ligne à proximité immédiate de zones urbanisées.

De plus le fuseau retenu pour ce projet traverse le Parc Naturel Régional de la Sainte-Baume sur

plus de 20 kilomètres, dont 9 sur la commune du Beausset. La ligne ainsi crée créerait une coupure

écologique irréversible en plein Parc Naturel. Nous ne pouvons l'accepter.

Télécharger
Commissions Urbanisme du BR - PJ1
SCOT-Enveloppe Urbaine PJ1.pdf
Document Adobe Acrobat 2.7 MB
Télécharger
Commissions Urbanisme du BR - PJ2
SCOT-zones urbanisables-PJ2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.2 MB
Télécharger
Commissions Urbanisme du BR - PJ3
SCOT-Route de Bandol 5-19-PJ3.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB