Conseil municipal du 20 juin 2019

Conseil  Municipal du 20 juin : la cantine. Suite et fin.

 

Outre la question du SCoT que nous avons évoquée, il y a quelques jours, nous avons posé la question du règlement de la cantine qui n’est pas conforme à la loi. Celle-ci stipule que, dès lors qu’un service de cantine existe, tous les enfants doivent pouvoir y être accueillis.

Conformément à son habitude, le Maire gêné par la question que nous posions a, à nouveau, levé précipitamment la séance, en déclarant qu’il nous répondrait par écrit. Évidemment, lorsqu’on est incapable de débattre, c’est plus simple…

Nous avons effectivement reçu sa réponse qui consiste à répéter : je connais la loi, mais je ne l’applique pas.

Nous avons attaqué cette décision inconcevable de la part d’un Maire (officier de police judiciaire !).

Hélas, le Tribunal Administratif de Toulon nous a écrit que l’institution, était encombrée et que le jugement était reporté sine die.

Le Maire pourra encore quelque temps se moquer de la loi, en toute impunité. Nous maintenons cependant notre demande et soutenons les familles qui se verraient illégalement refuser l’accès à la cantine.

 

Edouard Friedler et Pierre Rossano pour le Beausset Rassemblé. 

 

Conseil Municipal du 20 juin.

N° 4 : le SCoT

 

Le Schéma de Cohérence Territoriale (document encadrant notre futur PLU) a été voté à la Communauté d’Agglo Sud-Sainte-Baume et n’a suscité aucune remarque du Maire, ce qui vaut approbation.

Nous l’avons interrogé sur trois points qui nous paraissaient fondamentaux. Vous pourrez juger sur nos enregistrements de sa nervosité, qui l’a amenée à lever la séance, à nouveau avant d’avoir lu la totalité de ses réponses !

 

Le déplacement soudain de la zone à urbaniser de Maran à Pignet.

Comment peut-on envisager une modification de cette importance sans avoir jamais débattu ni avec les élus ni avec la population ?

L’explication du Maire  ne tient pas. Comment prétendre protéger les terres agricoles en changeant régulièrement les règles ?

Il n’est pas concevable de faire de tels bouleversements à tout bout de champs.   

Voir la vidéo ICI (1’41)

 

La circulation des camions au Beausset

Le président du Conseil Départemental, M. Giraud faisait remarquer qu’il avait été interpelé par les communes de Pierrefeu et Belgentier pour un contournement. Il s’étonnait de l’inertie du Beausset.

Nous avons eu droit à l’habituelle réponse sur les compétences qui échappent à la Commune. Certes, mais est-ce une raison pour se contenter de regarder les camions passer ?

Voir la vidéo ICI (1’27)

 

L’extension de la zone d’activités de Signes

C’est bien évidemment un problème qui nous concerne, vu les nuisances que nous subissons.

Alors que 85 hectares sont encore disponibles, il est prévu de pratiquement doubler la superficie à 470 hectares, soit 240 hectares supplémentaires.

La seule réaction du Maire, lors de son meeting du 13 juin a été de déclarer : « Je vois rouge ».  Il aurait peut-être mieux valu s’opposer avant !

Voir la vidéo ICI (1’40)

 

Incapable d’argumenter, le Maire a levé la séance sans répondre à notre question sur le règlement des cantines du Beausset, qui ne respecte pas la loi !

Nous vous communiquerons la réponse écrite qu’il nous a faite par la suite.

 

Edouard Friedler pour le Beausset Rassemblé. 

 

Conseil Municipal du 20 juin

N°3 : les comptes 2018

 

Une présentation biaisée :

La comparaison des chiffres du Beausset avec ceux de la strate (collectivités de même importance) nous sont servis à satiété, lorsqu’ils sont favorables à la démonstration de madame l’Adjointe aux finances. Elle a curieusement oublié de rappeler que notre impôt par habitant est 14 % au dessus de la moyenne ! Ce qui n’a pas empêché le Maire de décider une hausse d’impôt en 2018.

Nous attendons toujours des explications sur l’ADAP (programme d’accessibilité pour les personnes handicapées). Le plan adopté prévoyait un investissement de 282 700€. Il apparaît dans les comptes une dépense de 56 174€, soit 5 fois moins !

 

Enfin notre capacité d’épargne nette, indicateur de la possibilité de mener des projets pour la commune, s’élève à 1 millions d’euros.

Après les errements de 2016 qui avait vu une épargne nette négative de 100 000€, nous voici revenu sur des sommets, enregistrant une soudaine augmentation de 560 000€ par rapport à l’exercice précédent !

Apparemment une excellente nouvelle qui signifierait que la gestion serait enfin devenue plus saine et que l’on pourrait envisager des projets d’avenir. Comment le Maire a-t-il donc trouvé cet argent ? Voyons d’où provient ce petit miracle.

Tout simplement d’une augmentation de recettes de 304 000€ (nos impôts) et d’une diminution de dépenses sur lesquelles le Maire n’a aucune prise !

Les deux autres chapitres lui échappent.

Que ce soit la baisse des pénalités de 201 000€, décidée par le Préfet : elle provient des investissements de 2016.

Ou la baisse des amortissements de 50 000€: elle est calculée automatiquement par le Comptable Public en fonction de nos investissements les plus récents.

 

Il ne s’agit donc que d’un feu de paille, bien utile en année pré-électorale. Ce supplément d’épargne aura disparu à la fin de l’année.

 

Enfin, nous avons eu droit (pour préparer la suite ?) à une fake-news, plutôt ahurissante.

Le Maire précédent, Monsieur Jean-Claude Richard, aurait laissé en partant une épargne de seulement 3 000€.

La vérité est plus prosaïque. Ce chiffre calamiteux existe bien, mais c’est le bilan de l’année 2014 et il appartient au passif du Maire actuel monsieur Georges Ferrero! Le budget a été préparé et exécuté par lui même, qui rappelons-le, n’a pas voulu tenir compte des baisses programmées des dotations d’Etat, ni des pénalités pour défaut de logements sociaux. Rattrapé par la réalité, il a dû effectuer la première des hausses d’impôts dans la foulée en 2015 !

En réalité, la municipalité précédente a laissé en partant plus de 100 000€ et non les 3 000€ annoncés par le maire actuel, chiffre repris dans le dernier Beausset-Mag.

 

Edouard Friedler pour le Beausset Rassemblé

  

Conseil Municipal du 20 juin

N°2 Hausses des tarifs.

 

Quand on est incapable de faire des économies et de mieux gérer l’existant, qu’est-ce qu’on peut bien faire?

Facile, on augmente les tarifs…

 

5ième  hausse consécutive des tarifs de cantine.

10 cts par an durant 5ans, cela représente une augmentation de 18%. Cela porte le repas à 3,30€. Pendant ce temps l’inflation a augmenté de 3%. Et les revenus ?

 

Baisse de l’aide de la commune aux transports scolaires.

Le tarif des transports scolaires reste à 110€.

Pas d’augmentation, c’était choquant. Donc le Maire a imaginé de diminuer la part communal, laissant aux familles 10€ de plus pour un enfant ou deux. Inchangé à partir de trois.

Voilà une belle politique familiale pour garder nos jeunes. C’est un signal ridicule, qui de plus ne rapporte pas grand chose à la commune. 

 

Et la taxe de séjour ?

L’absurdité du forfait pour les loueurs occasionnels est supprimée.

Il fallait bien avoir l’idée d’une compensation : les chambres que les Beaussétans louent occasionnellement seront assimilées à des hôtels 4 étoiles, s’ils n’ont pas fait homologuer leur location (et ce n’est pas gratuit). Toutefois la taxe sera limitée à 2,30€ par nuit et par personne.

Le Beausset qui a certes des atouts, mais pas une attractivité exceptionnelle, peut-il  se permettre de telles mesures ?

En fait, le Maire a imaginé d’appliquer le taux maximum autorisé (que l’on retrouve dans les grands sites touristiques de France), soit 5%. 

Le Beausset Rassemblé qui n’est pas contre cette taxe (d’autant plus que si elle n’avait pas été instaurée, elle serait directement perçue par l’Agglo), a proposé qu’elle soit appliquée avec un taux de 1 à 1,5%. Proposition balayée d’un revers de main. 

 

Edouard Friedler et Pierre Rossano pour le Beausset Rassemblé

 

Conseil Municipal du 20 juin. 

N°1. L’ « Enfant du Pays » a osé…

 

Jeudi 20 juin, le Maire Georges Ferrero, qui se prétend Beaussétan à 200% (sic),  a fait voter le «déclassement» de l’Espace Mistral, afin de le vendre à des promoteurs. Il a déclaré avoir reçu 5 offres!

Sa propre majorité, qui a voté à l’unisson, était étonnamment clairsemée: 8 absents sur 22, ça fait franchement désordre. 

Nous avons appris que finalement, le promoteur sera autorisé à faire un étage de plus à R+3 (pas mal pour les riverains !) et que les locaux prévus pour les associations deviennent des locaux commerciaux ! Le compte est bon.

 

L’affaire est loin d’être terminée et le Beausset Rassemblé s’y opposera par tous les moyens légaux, avec toutes celles et tous ceux qui veulent conserver ce lieu dans le domaine public.

 

Edouard Friedler pour le Beausset Rassemblé


ORDRE DU JOUR CM jeudi 20 juin 2019 - 18h30